Le blog de othmane

Ce blog se veut un espace de tolérance,de discussion et de réflexion autour de ce qui préoccupe l'humanité.

22 août 2006

Occupés à ne rien faire

font_rien
Ils sont nombreux et ils exercent avec abnégation et  amour leur occupation majeure: Ne rien faire.
Une occupation tellement envahissante qu'elle remplit, pratiquement leur planning 7j/7 et 10h/24 si on fait, bien sûr, abstraction du temps classiquement reservé au sommeil, sieste et activités annexes.
Les marocains sont occupés, non pas par les multiples chantiers qui leur attendent, ni par l'échéance 2010 repoussée à 2012, encore moins par le « Grand Jihad » annoncé par feu Mohammed V et jamais entrepris.
Ils sont, tout simplement, occupés à ne rien faire.
Nos « font rien » nationaux dépassent de loin toute concurrence, même les fameux « font rien » français habitués à rester scotcher dans les terrasses des cafés parisiens au point d'étonner un correspondant du très américain Washington Post en début de semaine.
Les « font rien » sont nettement majoritaire et leur omniprésence a conduit les décideurs à leur réserver tout un motel hautement équipé, à proximité de la gare Rabat/ville, voire même d'élire un de leurs représentants au poste de ministre d'état chargé de ne rien faire.
La démocratie marocaine est sur de bonnes rails, qui a dit l'inverse.
Les experts en sémiologie « fontrienniste » ont établi un classement hierarchique, une sorte de taxonomie où la suprématie revient incontestablement à des « font rien » qui font semblant de faire, une sous-espèce particuliérement dangereuse car vénimeuse.
Les « font rien » se donnent réguliérement des rendez-vous dans des lieux de culte très commodes. Ces lieux de culte nommés cafés, crémeries et brasseries,sont tellement prospéres qu'ils poussent comme des champignions, la doctrine de « ne rien faire » est une doctrine particuliérement cooptative.Méfiez-vous les gars.
Etres multitâches qu'ils soient, les « font rien » ont pris l'habitude de combiner plusieurs actions, perdre du temps inutilement est contradictoire avec leur pensée.
Parmi leurs activités fétiches, je cite « Glandage » et « Voyeurisme » en insistant sur le majuscule(Message à notre charmante correctrice).
La première activité propulse certains d'entre eux au rang d'analystes sportifs le temps des confrontations sportives, et géostratégiques lorsque les tambours de guerre prennent le dessus.
La seconde les plonge dans un nirvana orgasmogène de premier ordre, la matière premières étant là et les pentalons serrés ce n'est pas ce qui manque.
Parlant serrés, un phénomène commence à me préoccuper, des fesses signées « révolution » et « Waw » commencent à circuler dans nos boulevards.
Et la signature de concerne pas seulement les fesses mais aussi les glandes mammaires, un « touche pas à mon trésor » a été capté sur certains tops féminins ces derniers temps.
Le phénomène ne laisse pas indifférents et me pousse sérieusement à discuter l'éventualité de lui réserver une chronique entière next time.

NB: Texte de ma chronique quotidienne sur l'hebdomadaire "Le Courrier du Nord"

Posté par boumaalif à 14:29 - Opinions - Commentaires [5] - Permalien [#]

Commentaires

    mépris

    il faut dépenser le mépris qu' avec une grande économie , a cause d'un grand nombre de nécessiteux.

    Posté par mehdi, 23 août 2006 à 21:03
  • c'est grave

    Merci, très bien dit, c'est ce qu'on appel chez moi « l'ghaira », tout homme qui ne se manifeste pas devant de tel problème, s'appel « daiout », c'est grave ce la vie devient..

    Posté par laila, 25 août 2006 à 15:15
  • Limitation de vitesse

    Sur un mur pres de chez moi était écrit "rue des tbergaga". les cafés étaient plein de ces gens qui regardent la rue et qui commentent, du matin au soir, ils étaient là. Des hommes uniquement. S'ils se déplacent, c'est juste pour acheter une Marquise au détail au vendeur à la table d'à côté. j'avoue que toute cette oisiveté, cette lenteur me donnait souvent envie de me poser. C'est apaisant aussi quelquefois de voir ces images de ralenti...

    Posté par Yann, 25 août 2006 à 23:31
  • Limitation de vitesse

    Sur un mur pres de chez moi était écrit "rue des tbergaga". les cafés étaient plein de ces gens qui regardent la rue et qui commentent, du matin au soir, ils étaient là. Des hommes uniquement. S'ils se déplacent, c'est juste pour acheter une Marquise au détail au vendeur à la table d'à côté. j'avoue que toute cette oisiveté, cette lenteur me donnait souvent envie de me poser. C'est apaisant aussi quelquefois de voir ces images de ralenti...

    Posté par Yann, 25 août 2006 à 23:32
  • hi from morocco

    http://majdrachid.skyblog.com/7.html

    Posté par kondor, 30 août 2006 à 13:47

Poster un commentaire